Interview : Léa COLLET, Miss Gers 2018 « Voir des gens crier ton prénom, ça donne juste envie de s’amuser ! »

La semaine dernière, à Castéra Verduzan, Léa COLLET est devenue Miss Gers 2018. Rencontre.

Peux-tu présenter ?
Je m’appelle Léa Collet, j’ai 19 ans. J’habite Duran depuis toujours et je suis étudiante à l’IUT d’Auch en gestion des entreprises et des administrations. J’entame ma deuxième année. Je fais aussi de l’athlétisme depuis 11 ans. Ma spécialité est le saut en hauteur (record à 1,70 m). J’ai été 5e aux championnats de France juniors. Mais je fais aussi de l’heptathlon. J’ai un grand frère et une petite sœur.

Pourquoi t’être présentée à l’élection cette année ?
Pour moi, c’était une grande première. Mes proches, mes amis me disaient depuis longtemps que je devais essayer. Là, je me suis dit que je n’avais rien à perdre et que je devais tenter l’expérience.
Et alors, contente ou déçue ?
À la suite de tout ce que j’ai vécu, je ne regrette pas du tout. Au contraire. Je remercie vraiment mes proches, mes amis de m’avoir poussée à me présenter. C’était une superbe expérience, j’ai pris beaucoup de plaisir. Rien que d’être avec les candidates, avec l’équipe du comité, il faut le vivre pour bien comprendre. À la fin, le seul sentiment que j’avais en sortant de scène, c’était le plaisir. Si c’était à refaire, je n’aurais pas pu donner plus. Quel que soit le résultat, j’étais contente de moi.
Comment analysais-tu les concours de Miss avant d’y participer ?
Je regardais juste l’élection de Miss France à la télé, pour me divertir. Je n’avais pas de jugement particulier. J’ai toujours été admirative des Miss France. Elles représentent l’élégance, ça met en avant la femme.
As-tu des passions, des centres d’intérêt ?
J’adore la photographie, j’en fais depuis pas mal d’années. J’aime aussi la danse puisque ma mère est prof de danse et j’ai toujours baigné dans ça.
Ça a dû t’aider sur scène ? De quoi as-tu eu le plus peur ?
C’est vrai que, une fois sur scène, je me sens à l’aise. J’appréhendais le discours. Dans le cadre de mes études, on fait des exposés oraux mais là, parler devant autant de personnes, je ne savais pas ce que ça allait donner. Mais on a eu une formation durant la journée d’intégration et ça c’est bien passé. Au final, je me demande si ce n’est pas la chose qui s’est le mieux passée.
Le Gers est un département qui a connu beaucoup de Miss Midi-Pyrénées. Alors, la pression?
J’ai rencontré les Miss lors de la journée d’intégration et le jour de l’élection. On a pu échanger, c’était intéressant de partager leurs expériences. C’est une fierté de passer après ces filles. Mais il n’y a pas de pression par rapport au fait qu’elles ont été par la suite Miss Midi-Pyrénées. J’ai juste envie de tout donner pour aller au bout de cette aventure.
Comment te prépares-tu pour l’élection de Mazamet ?
Je m’intéresse à l’actualité pour être bien pour le test de culture générale. Sinon, je me prépare psychologiquement pour être prête.
Tu es soutenue par beaucoup de monde. Vous serez nombreux dans le Tarn?
Ça, vous le verrez à ce moment-là (rires) ! Pour Miss Gers, il y a eu pas mal de proches qui sont venus. Ils m’ont beaucoup apporté. Voir les gens crier notre prénom, ça donne juste envie de s’amuser. La pression redescend, ça fait du bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s