Interview exclusive : Anaïs DUFILLO à Miss France 2018, « Je n’ai rien perdu, j’ai tout gagné »

Anaïs DUFILLO, notre charmante Miss Midi-Pyrénées, revient, au calme, sur sa formidable aventure Miss France. Avec franchise et passion. Comme toujours. Elle évoque ses joies mais aussi son coup de blues au retour à la « vie normale. »

Crédits. Michaël BENETE

Quels souvenirs gardes-tu de cette formidable expérience qu’est Miss France :
Il y en a plein ! Le meilleur, c’est peut-être le voyage à Los Angeles. Je n’y étais jamais allée. C’était beau, ça envoie du rêve.

Un mois et demi après l’élection, as-tu réalisé tout ce qui t’es arrivé ?
C’est une aventure qui est encore très, très présente en moi. C’est assez compliqué de tourner la page Miss France même si je sais qu’on ne la tourne jamais vraiment. Comme on dit, Miss un jour, Miss toujours ! Ça reste longtemps dans nos têtes.

Pendant ton aventure, tu as aussi fait de belles rencontres.
Miss Île de France a été mon binôme de l’aventure. C’est quelqu’un de simple, comme moi. Miss Languedoc, Aquitaine, Bourgogne, Réunion, je les aime beaucoup aussi. Et, bien sûr Miss Pas de Calais. On était dans la même chambre. En fait, je m’entendais avec tout le monde. Oui, ça a été une belle aventure.

Comment as-tu vécu la soirée et le fait de ne pas être dans les 12 finalistes ?
Sur scène, je m’étais interdit d’y croire. Tout s’était bien passé mais il ne faut jamais s’enflammer. Je l’ai pris à la rigolade. Le fait de voir Miss Île de France dans les 12 m’a fait autant plaisir que si c’était moi. Quand je n’ai pas été sélectionnée dans les 12, j’ai relâché la pression. Oui, je soutenais Miss Nord Pas de Calais et je pense que ça s’est ressenti. C’est mon naturel.

As-tu eu des contacts avec les autres filles depuis l’élection?
Oui. Miss France m’écrit. Et je repars dans quelques semaines chez Miss Île de France qui m’a invitée.

Comment vois-tu la suite ?
Quand je suis rentrée de Miss France, je ne savais plus ce que j’allais faire de ma vie (rires). Je vais prendre ce qu’il y a à prendre. Bien sûr, je vais travailler avec le Comité Miss Midi-Pyrénées et reprendre mes études. Un métier, c’est pour la vie. J’ai toujours gardé  les pieds sur terre pendant mon élection, je ne vais pas changer.

Qu’est ce que tu as appris avec cette élection ?
Je suis moins timide qu’avant et j’ai appris à mieux gérer mon stress. Je suis déçue car, le soir de l’élection, je n’y suis pas arrivée. Je n’ai pas encore eu la force de me regarder sur les images.  Miss France m’a appris beaucoup de choses. Ça m’a donné encore plus envie de me battre. Étant seule pendant un mois, sans ses parents, on grandit forcément.

Comment ta famille a ressenti ta folle aventure ?
Ils étaient plus heureux que moi. Le soir du filage, sur scène, je me suis mise à pleurer. J’ai vu la fierté de mes parents dans leurs yeux. Quand j’ai tourné la tête, ce sont les premières personnes que j’ai vues. Ce que j’ai vu dans leurs yeux, c’est inexplicable. C’est ça le vrai bonheur.

C’est une expérience que tu conseillerais aux jeunes femmes qui hésitent à envoyer leur candidature?
Cent fois, mille fois ! Je souhaite à toutes les filles de passer par cette étape-là. Moi, je pensais sortir de cette aventure en ne pensant qu’aux 12. Je l’ai tellement redouté que, en fait, pas du tout. J’ai vécu une aventure extraordinaire, j’ai fait des rencontres de fou. Je me suis amusée et je suis restée moi-même. C’est le principal. Je n’ai rien perdu, j’ai tout gagné.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s